RENCONTRE AVEC… Liloo Fourré, professionnelle de kitesurf depuis 2012 …

Sporezo : Bonjour Marie-Lou, et merci de répondre à nos questions ! Peux-tu tout d’abord te présenter en quelques mots ?

Liloo : Bonjour et merci pour cette interview ! Je suis professionnelle de kitesurf, deux fois championne nationale du Venezuela et je fais partie du Top 10 au niveau mondial. Je suis aussi chef d’entreprise, je possède un shop de kitesurf au Venezuela et suis co-fondatrice et CEO de la marque WARAOS BEACHWEAR, une marque de swimwear et beachwear spécialisée dans les sports d’eau.

Sporezo : Pourrais-tu commencer par nous expliquer les raisons qui t’ont amenée vers le kitesurf ?

Liloo : J’ai toujours été très attirée par les sports extrêmes, j’ai découvert le kite au Venezuela où j’ai résidé toute mon enfance. Je suis tombée amoureuse de ce sport dès que je l’ai découvert. Quand « je kite », je me sens libre ! Le fait de sauter haut apporte des sensations incroyables. De plus, c’est un sport respectueux de l’environnement.

Sporezo : Certains de nos lecteurs sont novices et ne connaissent pas forcément le kite. Peux-tu nous rappeler le principe ?

Liloo : Le kitesurf est un sport de glisse nautique où le surfeur, qui se tient sur une planche, est tracté par une voile grâce à la force du vent.

Sporezo : J’imagine qu’on ne fait pas des sauts du jour au lendemain ! Quelles sont les étapes d’apprentissage ?

Liloo : La première session est composée principalement de théorie où l’on apprend le matériel, la fenêtre de vents, l’appréhension des conditions climatiques et le vocabulaire propre au kite. On vous apprend ensuite à gonfler l’aile et à la connecter à la barre. Ensuite seulement vient le temps de la pratique où le moniteur vous apprendra à manier et à maîtriser l’aile.

La deuxième session consiste à ce qu’on appelle la nage tractée : vous vous trouvez en eau profonde avec l’aile et vous apprenez à la contrôler avec les différentes fenêtres de vent. Vous apprendrez également à manier l’aile avec une seule main et à remonter au vent sans planche afin de pouvoir récupérer celle-ci en cas de perte.

La troisième session consiste à monter sur la planche, ce qui s’appelle le waterstart.

A noter que nous nous adaptons à chacun. Pour certains l’apprentissage sera rapide, pour d’autres cela peut prendre plus de temps. Une fois que vous avez appris à rider avec la planche nous vous apprenons à remonter au vent afin que vous puissiez pratiquer le kitesurf de manière autonome.

Sporezo : Quel est le matériel requis ?

Liloo : Pour un débutant à une personne de niveau intermédiaire il faut : un casque, un gilet de sauvetage, une planche, une barre et une aile.

Une fois que la personne est autonome celle-ci peut pratiquer le kitesurf sans casque et sans gilet même si cela est toujours recommandé car le kitesurf reste un sport extrême.

La taille de l’aile change selon les conditions climatiques, plus il y a du vent plus nous utiliserons une petite aile. Si le vent est faible, nous utiliserons une aile plus grande.

Je conseille à tous les débutants et personnes de niveau intermédiaire de louer leur matériel auprès d’école avant d’acheter le leur, cela permet de tester différentes marques et de faire l’acquisition du matériel avec lequel on se sent le mieux.

Sporezo : On dit souvent que le kite, c’est difficile…

Liloo : C’est faux ! Le kitesurf n’est pas un sport difficile même s’il le paraît au prime abord. Il requiert seulement quelques heures de cours et l’on peut rapidement devenir autonome.

Sporezo : Quels conseils donnerais-tu à un débutant ou à une personne qui hésite à tester le kite ?

Liloo : Le kitesurf reste un sport extrême, il est nécessaire de s’inscrire dans une école agrée pour débuter. Il y apprendra toutes les bases et les règles de sécurité importantes pour sa pratique. Je lui dirai aussi de foncer car c’est vraiment un sport magique qui apporte des sensations incroyables !

Sporezo : Qui peut faire du kite ?

Liloo : Le kite est accessible à toutes et à tous tant que l’on est en bonne santé. Par exemple, mon père a commencé le kitesurf à l’âge de 50 ans et c’est devenu sa nouvelle passion !  Il est aussi accessible aux enfants, avec un matériel adapté.

Sporezo : Le kite, sport individuel ou à faire à plusieurs ?

Liloo : C’est un sport individuel car il s’agit d’un équipement par personne mais il peut aussi être fait en groupe. Pour ma part, je me suis fait beaucoup d’amis sur les spots de kite. Dès qu’il y a du vent, on s’appelle et on se rejoint sur la plage pour kiter ensemble.

Sporezo : Quels spots recommanderais-tu pour faire du kite en France ou en Europe ?

Liloo : Pour la France, je recommande le sud mais surtout la plage de l’Almanarre à Hyères, on y trouve de très bonnes écoles. Pour l’Europe, je recommande fortement l’Espagne qui a de nombreux spots (Tarifa, Fuerteventura, San Pere Pescador)

Sporezo : Merci Liloo et bon courage pour tes prochaines compétitions !