Le carton rouge : Développer ou réactiver son réseau professionnel uniquement quand on en a besoin !

Développer ou réactiver son réseau professionnel uniquement quand on en a besoin.

Pour nous, c’est l’expulsion directe du terrain avec retour à l’entraînement sans passer par les vestiaires. Et on va vous expliquer pourquoi.

Ces premiers mots donnent l’impression d’enfoncer une porte ouverte. Et pourtant, détrompez-vous ! C’est bel et bien ce que font la grande majorité des cadres et dirigeants. Qui connaissent pourtant l’importance d’avoir un bon réseau professionnel. Nous y compris. Avant de nous apercevoir que c’était comme dire adieu au deuxième tour de Roland Garros avant même d’entrer sur le Central.

 

Cela est assez naturel et compréhensible de prime abord. Quand est bien dans son job, bien dans sa boîte, que notre activité tourne plus vite que le 400m de Floria Guei en finale du relais 4x400m aux championnats d’Europe 2014 à Zurich – pour revoir ce moment épique c’est ici – on ne ressent pas forcément le besoin multiplier les contacts, les déjeuners, les afterworks, les inmails Linkedin, de s’ouvrir sur l’extérieur. On reste un peu la tête dans le guidon.

D’autant que le temps est compté, et que développer et animer un réseau professionnel est une entreprise chronophage. Le manque de temps est d’ailleurs une des premières raisons pour lesquelles les cadres ne développent pas leur réseau, mais nous y reviendrons dans un prochain article.

C’est donc un constat que l’on fait bien trop souvent et nous en sommes tous les jours témoins en recev

ant des sollicitations nombreuses, surtout avec l’émergence des réseaux sociaux qui facilitent la (re)prise de contacts. Messages privés sur linkedin en tête. Sans pour autant garantir les réponses. Cela vaut également lors d’événements physiques comme les afterworks et autres événements de networking.

Ca n’arrive pas qu’aux autres. Oui, on a tous été confrontés au cours de notre vie professionnelle au besoin de solliciter une personne de notre réseau professionnel avec qui l’on n’a pas échange depuis longtemps, voire pire (!) à qui l’on n’avait pas répondu par le passé.

Et nombreux sont les exemples qui nécessitent de faire appel à son réseau :

  • perspective de changer de job.
  • Obtenir des renseignements sur une personne à recruter.
  • Solliciter soi-même une recommandation pour un poste à un ancien collègue, ou manager.
  • demander une mise en relation pour du développement business (Le classique !).
  • Se lancer à son compte ou lancer sa startup.
  • Demander du soutien lors d’une opération de communication
  • Avoir besoin d’une info en off….

 

Dès lors, la posture dans laquelle on se place vis-à-vis de la personne dont on sollicite l’aide est délicate. On se retrouve bien sûr en position d’infériorité. Car on a quelque chose à demander, mais probablement rien à offrir en retour. Du moins de manière immédiate. Même si on promet toujours de rendre la pareille – cela va de soi – cela n’empêche pas ce sentiment de malaise de s’installer et de nous rendre encore plus vulnérable.

 

Encore faut-il pour cela oser même se lancer dans la prise de contact ! Parfois les derniers échanges remontent à si loin que l’on n’a même plus la moindre once de small talk en stock. et là on vous conseille de sortir les rames.

A moins de tomber sur une personne de notre réseau de premier cercle (Famille, amis proches) voire de second cercle, avec qui les relations sont bonnes, entretenues et sincères (un ancien camarade de promo par exemple), les chances de réussite dans cette démarche sont minces. Surtout en digital où le ghosting est plus simple que lorsqu’on a la personne en face de soi, petits fours dans une main, cartes de visite dans l’autre (vous savez le networking old school).

 

Avoir besoin de développer son réseau peut pousser à initier des démarches plus ou moins structurées, perçues parfois comme de gros efforts et de sortie de sa zone de confort, à l’image des événements de networking. Cela génère malheureusement bien souvent des déceptions. Car ces événements rassemblent en effet un nombre important de personnes, toutes pleines d’entrain, en attente de quelque chose de la part des autres participants. Résultat : tout le monde tourne en rond et rentre frustré à la maison.

 

Il en est de même pour les réseaux professionnels de pairs ou les réseaux sectoriels. Ceux-ci sont extrêmement bénéfiques en termes d’échanges d’expériences, de soutien, de formation et d’expertises. Mais il ne faut pas attendre grand chose dès lors qu’il s’agit de développer du business direct.

 

Le fait est qu’un réseau professionnel se construit dans la durée, de manière régulière et structurée.

Il s’inscrit dans une continuité et surtout, s’entretient ! Ce n’est pas tout de multiplier les contacts Linkedin en façade pour se donner l’impression d’avoir une quelconque influence sociale, encore faut-il que son réseau soit activable, activé et de qualité.

 

Ainsi, nous sommes convaincus chez Sporezo qu’il est essentiel de construire son réseau au fil de l’eau, lorsqu’on n’en attend rien d’immédiat.

Sinon, vous risquez de passer pour celui qui fait son footing en accélérant dès qu’il voit du monde et se met à marcher dès que plus personne ne le voit.

Avouez-le personne ne veut être cette personne, ou du moins ne pas se faire griller !

Lorsqu’il s’agit de networking il est préférable d’adopter une démarche totalement désintéressée, sincère et décomplexée.

 

Ce qui est impossible à faire lorsqu’on est en demande. On a plus tendance à se crisper, à montrer sa timidité, sa fébrilité. Et donc, à faire moins bonne impression face à la personne que l’on souhaitait aborder. Dommage !

 

Avoir un bon réseau professionnel constitue un pan incontournable et stratégique pour une carrière réussie. Pour mener à bien cette opération, il faut penser :

  • Long terme
  • Continuité
  • Régularité
  • Multicanal et centralisation : démarches digitales notamment via les réseaux sociaux couplées à des actions en physique (déjeuners,  soirées de networking, événement de sportsnetworking sur Sporezo 😉),
  • Authenticité

 

Le concept de Sporezo s’inscrit dans cette vision. La solution propose une toute nouvelle façon de réseauter (ou de « networker » si vous préférez l’anglais). Faire des rencontres en pratiquant son sport favori. Et des sports pour réseauter il y en a pleins !

Bref, de quoi matcher à tous les niveaux !